Bleu Nuit

  • Avec la chute de Constantinople en 1453, de nombreux savants, lettrés et artistes byzantins s'exilent en Italie, apportant avec eux des manuscrits grecs et latins que l'Occident redécouvre, prémisces à de grands progrès dans les domaines artistiques, culturels, scientifiques et techniques, ainsi que de profonds changements en matière de politique, d'économie et de religion. Ce mouvement appelé Rinascimento (Renaissance), soutenu par de grandes familles italienne - tels les Médicis à Florence, les Sforza à Milan, les Gonzague à Mantoue ou les Este à Ferrare ou Venise -, permet aussi à la musique de s'affranchir du Moyen Âge et de donner naissance à d'extraordinaires polyphonies vocales (Madrigaux) ou instrumentales, que la diffusion de la musique écrite et imprimée favorise d'autant plus. Elle permet aussi l'émergence de nouveaux talents, parmi lesquels brillent Giovanni da Palestrina (1525-1594) au Vatican, puis le sulfureux Carlo Gesualdo (1566-1613) à Venosa, jusqu'au «maestro» Claudio Monteverdi (1567-1643) à Florence et Venise, annonçant déjà la musique «baroque» d'Antonio Vivaldi (1678-1741).

  • Giuseppe Verdi

    Collectif

    Illustre compositeur d'opéras du XIXe siècle, Giuseppe Verdi (1813-1901) perfectionna son art sous l'influence de Rossini, Bellini et Donizetti. Son originalité et sa fécondité deumeurent inégalées dans le domaine de l'opéra, et il sut étonnamment se renouveller avec ses deux ultimes opus, tirés de Shakespeare, Othello et Falstaff, ouvrant la voie stylistique aux opéras du XXe siècle.
    C'est avec Nabucco qu'il commenca à connaître un grand succès national, son nom devenant aussi l'étendard de l'indépendance italienne à travers l'acclamation «Viva V[ictor] E[mmanuele] R[e] D[i] I[talia] !» Sur ses 28 opéras, on représente aussi encore fréquemment Macbeth, Rigoletto, La Traviata, Le trouvère ou encore Aïda. Son Requiem est aussi très apprécié du public, avec un Dies irae utilisé même dans des publicités.
    Avec ce nouveau titre de la collection horizons, Patrick Favre-Tissot-Bonvoisin propose une synthèse sur la vie et l'oeuvre d'un maestro incontournable à l'occasion de son 200ème anniversaire dans un ouvrage richement illustré et aux nombreuses annexes pratiques.

  • Depuis Claudio Montever-di (1567-1643) et son Orfeo, l'opéra est naturellement associé à la langue italienne, qui s'est rapidement taillée une part prédominante dans toute l'Europe pour ce répertoire. Avec Vincenzo Bellini (1801-1835) et Gaetano Donizetti (1797-1848), la ligne vocale prend toute sa puissance et permet l'avènement du Bel Canto, ce «beau chant» magnifié par un répertoire préfigurant le romantisme. Avec Gioachino Rossini (1792-1868), s'y ajoutent une performance vocale encore plus agile et l'ouverture vers un répertoire plus bouffe, qui réjouira le public. Sous Giuseppe Verdi (1813-1901), l'opéra italien prend une nouvelle ampleur pour migrer vers un genre de plus en plus proche de son temps dans le choix des argumentaires, annonçant le dernier grand mouvement italien marquant : le vérisme avec ses quatre représentants emblématiques que sont Pietro Mascagni (1863-1945), Ruggero Leoncavallo (1857-1919), Umberto Giordano (1967-1948) et Francesco Cilea (1866-1950).

empty