Cheminements

  • Contre Israël

    Albert Naccache

    " est il permis de critiquer israël ? ".
    Cette question posée par pascal boniface, reprise par éric hazan, daniel mermet, denis sieffert, hamid barrada et bien d'autres est toujours d'actualité. l'association vigie média palestine affirme : le chantage à l'antisémitisme est d'utilisation de plus en plus courante à l'encontre de toute critique de la politique israélienne et de toute manifestation de solidarité avec les palestiniens. il en résulte pour nos médias la pratique de l'autocensure, la langue de bois ou la désinformation pour tenter l'échapper aux actions d'intimidation exercées de manière systématique et agressive par un petit groupe très actif qui vise à étouffer dans l'oeuf toute expression critique de la politique israélienne grâce à l'exploitation de la charge émotionnelle suscitée par les pratiques nazies de sinistre mémoire.
    Ces accusations sont elles justifiées ? qu'en est il vraiment ? albert naccache répond à ces questions par une analyse organisée en trois parties : pour la palestine, contre israël, contre les juifs.

  • L'ethnologie peut être originale quand elle est férocement investigatrice.
    Oú vit jean de l'ours? a madrid, à berne, à berlin ou à moscou? jean de la fontaine boit-il l'eau de l'ours, sa bière, son vin, voire sa vodka? pourquoi boucle d'or casse-t-elle systématiquement la chaise du petit ours et se sauve-t-elle toujours en perdant son bouquet de fleurs? saint-valier fait-il la course avec sainte-colombe dans le dressage catholique des ours et des populations païennes? vous saurez tout sur l'ours, ses mythes, ses légendes, comment on le chasse et le cuisine.
    Et encore bien d'autres curiosités à travers cette encyclopédie méthodique aussi festive que documentée et critique, basée sur deux siècles de représentations de l'ours (publicités, films, cartes téléphoniques, buvards, affiches, timbres, livres pour enfants. ). martin, ce "frère de l'homme", existe-t-il encore ou bien n'est-il devenu qu'un fantasme collectif, un fantôme culturel? l'esprit de l'ours ne serait-il que l'ombre de l'homme?.

  • Oeufs frais du poulailler, lait tiède qui mousse, troupeaux de belles vaches, bergeries, pommiers en fleurs, champs de blé, coquelicots et bleuets, les grandes joies et les petits bonheurs de la ferme sont inscrits dans notre mémoire collective, font partie de notre patrimoine. Tous les gourmands nourriront ici plus loin que leur ventre. Le pain réveillera leur faim d'authentique, l'eau de source leur soif de renouer avec l'essentiel. Les fermes d'aujourd'hui modernes et innovantes excluent de moins en moins l'idée que la santé passe par la nourriture et nous invitent sans sectarisme à retrouver le goût du naturel, l'appétit de nous-mêmes, le coeur de la vie.

  • Evoquant de multiples destins avec l'épure du zen, cette " emeraude bleue " étincelle à la manière des bijoux finement ciselés.
    Ses facettes ont tantôt les teintes d'un ardent réalisme, tantôt celles de la fable. on y découvre des personnages hors du temps, nés en des terres légendaires, et dont la vie connaît des dénouements aussi riches de sens qu'inattendus.

    " comme j'aime cette " emeraude bleue " ! je suis sous le charme de son éclat merveilleux. " michel tournier, de l'académie goncourt.

  • Fer-blanc (le)

    Goubard Josette Et H

    Avant la guerre, qui manifestait la moindre curiosité pour le fer-blanc que le progrès vouait au rebut et à l'abandonoe Ces objets, qui ont partagé le quotidien de nos grands-parents, qui témoignent mieux que d'autres d'une époque et de ses pratiques, sont le reflet d'une société pauvre mais inventive. Ce livre vous présente plus de 1000 pièces qui ne manqueront pas d'aiguiser votre curiosité et sont autant de témoins de la vie quotidienne de nos aïeux.

  • Alors que depuis quelques années, on assiste régulièrement à des représentations de chefs-d'oeuvre du cinéma muet, assorties d'un accompagnement musical original, il peut paraître utile et agréable de se plonger dans la très riche histoire du genre.
    Après quelques balbutiements expérimentaux, la merveilleuse ère du cinéma a commencé le 28 décembre 1895, avec la première représentation publique des frères lumière dans les sous-sols du grand café à paris. de la vente aux forains de petits bouts de films, on est insensiblement venu au système de la location à des établissements spécialisés et sédentaires. puis, les petits films firent bientôt place à la notion de spectacle, avec des histoires structurées, interprétées par des acteurs spécialisés, présentées en une seule séance.
    Parfois, il arrivait que quelques films très importants fussent transformés en épisodes ou "époques", projetés plusieurs semaines consécutives. aux etats-unis, en 1914, initié par le français louis gasnier pour pathé, avec pearl white comme héroïne dans les mystères de new york, naissait le serial américain en dix, voire douze épisodes ou plus. l'épuisement d'une europe en guerre, faisait perdre à la france sa première place mondiale en matière de cinéma, cependant que les cinémas allemands et italiens perdaient leur importance.
    Parallèlement, se créait outre-atlantique une véritable industrie américaine du cinéma, bientôt dominée par les six "majors" de l'époque: fox, mgm, paramount, universal, united artists et warner bros. on connaît la suite. en france, deux majors - modestes par rapport aux américaines - ont émergé, et bravant le temps, sont aujourd'hui plus que centenaires. elles ont pour nom gaumont et pathé. c'est ce long chemin, depuis 1895 jusqu'à la généralisation du parlant, au cours de la saison 1929-1930, que le lecteur suivra, en appréciant au passage les rares et nombreuses illustrations, en provenance de la collection de l'auteur.

  • Pourquoi aujourd'hui s'intéresser à Louis-Jérôme Gohier ? Son nom est pratiquement resté inconnu des Français.
    Il rejoint la longue liste de ces " inconnus célèbres " de l'Histoire. Et pourtant il fut quelque temps l'un des cinq rois de France, comme on le disait à l'époque en parlant des cinq Directeurs. L'inconnu du 18 brumaire 1799, c'est bien Gohier, qui s'opposa à Bonaparte. Il est apparu opportun aux auteurs de ce livre de lui consacrer une biographie. Son rendez-vous manqué avec l'Histoire ne doit pas faire oublier que cet homme d'État prit une part active au mouvement libéral qui signale en Bretagne l'approche de la Révolution où il jouera un rôle important...
    La carrière de Louis-Jérôme Gohier, sa mentalité et sa culture sont caractéristiques du XVIIIe siècle. À ce titre aussi, il mérite que l'on s'intéresse à lui.

  • Les premiers rails arrivèrent dans le département du Maine-et-Loire en 1848 à Varennes-sur-Loire. On ne le savait pas à l'époque mais ces rails seront les premiers de la région des Pays-de-la-Loire. Ils devaient assurer un débouché maritime à la Compagnie du PO par l'intermédiaire de sa filiale la Compagnie de Tours à Nantes avec laquelle elle fusionnera le 7 mars 1852. En décembre 1848, la construction de la ligne de Tours à Saumur représente un des maillons de la radiale Paris-Nantes et au-delà. Il a fallu attendre 1872 pour que les chemins de fer secondaires (Compagnie du Mamers-Saint-Calais) desservent les plus petits villages de cette province.

  • Ce livre est un grand bol d'air marin, une goulée d'iode.
    Au fil des pages, sur fond de mer, de sable ou de galets, voici la panoplie du parfait pêcheur, le petit éloge du bigorneau, l'inventaire du bazar de la plage et l'appel du large, le plateau de fruits de mer, le tout ponctué du cri des mouettes. au plaisir du bain de soleil et des pieds dans l'eau s'ajoutent recettes et plaisirs, découvertes des senteurs marines et des saveurs océans, propres à combler le promeneur comme le pêcheur à l'épuisette, le gourmand et le collectionneur de coquillages.

  • Voici un témoignage rare au coeur d'une dictature qui raconte le parcours d'un adolescent révolté.

    Arrêté en 1963, condamné à 24 ans de prison pour " activités subversives ", un jeune français de dix-sept ans devient le benjamin des prisonniers politiques espagnols. la double intervention du général de gaulle et de la marquise de villaverde, fille du général franco, parviendra à le faire libérer en 1965. ce récit bouleversant, sans haine ni passion, porte un éclairage hors des sentiers battus sur les années 60 en france et en espagne.
    Alors que la prison de carabanchel alto a été livrée récemment à la démolition, l'auteur ressuscite la vie au quotidien de la tristement célèbre prison de madrid, oú il partagea le destin de quelque 250 prisonniers politiques qu'il tire ainsi de l'oubli en leur rendant hommage : mineurs asturiens, paysans valenciens, tous ces militants de base qui ouvraient la voie à la démocratie espagnole par leurs luttes sans cesse renouvelées, le sacrifice de leur famille et leur foi inébranlable en un monde meilleur.

  • Ce livre pourrait se résumer, suivant la parole de l'auteur, à cette phrase:
    " Le regard d'une sage-femme d'ici sur cet ailleurs qu'est l'Afghanistan de nos jours ". Engagée au sein de Médecin du Monde pour ses missions " mères-enfants " dans la ville d'Hérat et dans le camp de Maaslakh (ouest afghan), Nelly Straderini a vécu sous le régime des talibans l'ouverture de ce camp qui, entre 2001 et 2002 a accueilli plusieurs centaines de milliers de personnes déplacées à cause de la sécheresse. De retour au même endroit aprés la chute des talibans quelques mois plus tard, elle retrouve l'équipe locale de résistants et reprend la formation des accoucheuses traditionnelles - qui font naître nuit et jour les enfants sous les tentes - et des autres acteurs du moment de la naissance. Les grossesses, les accouchements, la prévention et la gestion de leurs risques ainsi que l'éducation à la santé ont été ses activités quotidiennes. Son stylo et son " troisième oeil ", comme elle appelle son appareil photo ne cesseront de fonctionner lors des mois qu'elle passera, afin qu'à son retour elle poursuive son engagement sur le terrain et témoigne de ce qu'elle a vu, vécu, entendu: un Afghanistan intime, le quotidien des femmes courageuses, l'innocence des enfants, la vie du camp de Maaslakh où se côtoient les cultures, les ethnies, les nouveaux-nés, les veillards, le meilleur et le pire. Sans oublier cette journée de la femme célébrée pour redonner de l'espoir aux afghanes. Nelly Straderini sait nous faire partager sa profession de sage-femme humanitaire, ses moments de joies, de frustration, l'humilité de son métier. Son travail de photographe présenté ici se veut un regard discret porté sur des instants de vie qu'on partage quelques mois seulement mais qui marquent la mémoire pour le reste du temps.

  • Léon Bouteille est viticulteur dans l'Ardèche méridionale. Il est un fils du soleil, aimable, amusant, complaisant, simple et familial, félin et câlin, pétulant parfois et un peu hâbleur sans doute, mais souple, habile, et tellement attachant... Personnage très populaire, il a fait face à de nombreuses responsabilités professionnelles, économiques, associatives. Toute la profession viticole a pour lui une grande tendresse. Veuf, âgé de 74 ans, il pense, tout naturellement, que ses trois filles l'adorent. Mais quand survient la maladie, il découvre, avec effroi, qu'elles sont en réalité davantage intéressées par l'héritage qu'il va leur laisser que par son bonheur. Le labeur de trois générations, dont un patrimoine immobilier important, constitue leur héritage; elles sont donc pressées d'en finir! Leur amour démesuré pour le profit va les amener à un véritable bras de fer avec leur père ainsi qu'avec ceux qui l'entourent d'affection, au détriment de sa quiétude, de son bien-être, à l'automne de sa vie. Soudées, unies comme jamais elles ne l'ont été auparavant, elles vont mettre sur pied des scénarios immondes. Des prouesses de l'amitié, de l'amour, mêlées aux atrocités de la jalousie, de la haine, voici des tranches de vie où, malgré la dureté du sujet qui aborde un problème de société, l'humour est présent partout. On traverse, tout au long de l'ouvrage, les coups de coeur de Léon, ses coups de gueule, et sa verve permanente, pour dire les choses simples remplies du bon sens des paysans. On voyage, on partage des anecdotes cocasses, coquines, pétries de connotations méridionales profondes et imagées. On traverse le quotidien de la vie rurale d'un vigneron tout en espérant ardemment que l'amour triomphera de la haine.

  • La profession de muletier est encore très mal connue alors que ces ancêtres de nos transporteurs contemporains ont joué un rôle essentiel dans la vie économique jusqu'au milieu du XIXe siècle. Sait-on, par exemple, que le transport à dos de mulet a représenté 95 % de la circulation des marchandises jusqu'en 1850 ? Sait-on que cette activité méconnue a donné naissance à un immense réseau de voies spécifiques, les chemins ferrésoe Si cette activité est restée toujours emplie de dangers, les nuits d'auberge permettaient aux voituriers de se défouler. Ce roman, richement documenté, nous fait découvrir un univers haut en couleurs où mules et mulets jouent un rôle emblématique. Voilà la chance de revivre les tribulations tantôt divertissantes, tantôt dramatiques du dévoreur d'espace Loÿs Bastide et de son illustre mule Chaline (1544-1598).

  • Le quotidien de la vie provinciale fit sa révolution après le dernier conflit mondial. Révolution, mutation, peu importe le terme employé. En cinquante ans tout a changé dans nos campagnes : les métiers, l'hygiène, l'éducation, les maisons, la vie des femmes etc... la liste est longue et ce livre propose d'en faire le tour. Magnifique cahier photos de Michel Cordeboeuf.

  • Crime d'alois (le)

    Liandier Marie


    chronique presque ordinaire du xxie siècle, le crime d'aloïs est le portrait fort en émotion d'une famille d'aujourd'hui, l'histoire d'une femme de son époque, mère célibataire et acte, qui fait face avec courge aux épreuves de la vie.
    un hôte indésirable s'invite. la mort guette et frappe. catherine et jean-baptiste ne connaîtront guère de répit. ce roman débuter et s'achève dans le huis-clos de leur couple mère-fils. glissant peu à peu sur les chemins de la démence, catherine bascule dans l'univers sordide du crime.

  • Si les grandes affaires criminelles qui défraient la chronique font souvent l'objet d'un livre, les affaires moins médiatisées tombent dans l'oubli alors qu'elles s'averent riches en enseignements sur leur époque, la société et ses valeurs.

  • Promenade gustative à travers les traditions culinaires et les recettes d'antan réalisées avec des produits du terroir périgourdin.
    Ce ne sont pas les habituelles recettes de terroir qui sont proposées là, mais un vrai savoirfaire préservé depuis cinq générations. En effet, l'auteur a consigné plus d'une centaine de petits chefs-d'oeuvre culinaires transmis oralement par sa grand-mère périgourdine.
    Pour soi, la famille ou ses amis, bons petits plats de tous les jours, belles préparations pour dimanche ou jours de fêtes, à base d'authentiques produits d'un des grands terroirs de France, ce livre nous convie à un retour gourmand dans le temps de la cuisine qui a ensoleillé notre enfance.
    Faciles à réaliser, truffées de petits trucs qui facilitent la vie, toutes testées, et avec quelle maestria, par l'auteur, les recettes du pain de légumes d'été en gelée, de la truite au verjus, de l'alouette en prunes, de la tourtière de poulet aux salsifis, de la tourte aux cèpes, des beignets d'acacia et de la confiture de melons d'Espagne n'auront plus aucun secret pour vous. Et pendant que ça mijote, vous pourrez lire les anecdotes qui les accompagnent.

empty